Les créateurs de caractères: ultra-petits créateurs-producteurs

Merci pour votre article: Polices de caractères, un piratage méconnu Cette prise de conscience est relativement nouvelle, comparativement aux décennies précédentes. Les graphistes, designers souffrent du manque de reconnaissance de leur travail, les dizaines de billets de blogs alertant des abus de ces plateformes de création graphique à 2€, comme ces concours de création de logos payés avec une bonne bouteille de champagne (la dernière du jour) ne sont que de petits exemples. Mais la conscience qu’un caractère typographique qui apporte de la valeur à projet et à ce titre doit-être payé pour son usage est acquise.

En réponse à quelques commentateurs de ce bon billet, ceux qui mélangent objet physique et œuvre: Le droit d’auteur, c’est un moyen de rétribuer les auteurs, designers, artistes, journalistes… pour l’usage de leurs œuvres. Si la presse ne se porte bien c’est aussi parce qu’il est difficile de passer d’une activité tangible de vente de “papier” au numérique: le simple fait de lire un article sur un site web d’information nécessite une rétribution à son auteur, le journaliste. La vraie valeur d’une publication n’est pas le papier (matériel) mais bien son contenu (immatériel)!

Revenons à la typo: Avant d’imaginer que nous sommes des multi-nationales, nous, créateurs de caractères typographiques, apprenez un peu plus de notre secteur. Comptez combien de nos mini-structures ont plus de 5 personnes?

Lisez ça (en anglais), c’est factuel et bien documenté. Et l’étude

Nous sommes plutôt des ultra-petits créateurs-producteurs qui vendent des licences d’usage le plus souvent directement aux utilisateurs (souvent petites structures comme nous, parfois géantes, mais c’est plus rare) pour ceux qui respectent notre labeur (merci à eux!). Plusieurs années sont nécessaires pour créer un caractère qui généralement ne sera rentabilisé qu’après des dizaines d’années de ventes de licences d’usages.

Deux billets sur mon blog à ce sujet:

Font designers economy.
Font prices, 15 years later.

Jean François Porchez, 22 October 2015